Bouffées d’ostalgie -
  • feuilleter
  • Essai, analyse
  • Littérature française
  • Date de parution : 19/01/2017
  • Format : 15 x 23 cm, 144 p., 14,00 EUR €
  • ISBN 978-2-88250-445-6
Bouffées d’ostalgie
Fragments d'un continent disparu
Louis-Bernard Robitaille

L’ostalgie – la nostalgie de l’Estest une mode qui connut un succès certain en ex-Allemagne de l’Est après la chute du mur de Berlin. La Trabant devint un objet culte, on collectionna les insignes et les képis de l’Armée rouge. À Moscou, à peu près à la même époque, des retraités manifestaient sur la place Rouge en brandissant des portraits de Staline.

 

Car le totalitarisme avait ses avantages : on vivait dans la pénurie et sous contrôle policier, mais l’économie de marché n’existait pas, les loyers étaient insignifiants, la convivialité primait sur la course à l’argent. Le communisme avait été un enfer indiscutable, mais pavé des plus formidables intentions. D’où son pouvoir de fascination, même au-delà de sa mort.

 

Entre la fin du mois d’octobre 1976 et le mois de février 1977, alors qu’il est correspondant à Paris pour le quotidien de Montréal La Presse, Louis-Bernard Robitaille fait la découverte de cet animal historique bizarre au cours de quatre voyages successifs à Berlin-Est, à Prague, à Varsovie, puis à Moscou et Tbilissi. Moscou ressemble à s’y méprendre au 1984 de George Orwell, mais la Pologne vit déjà en liberté conditionnelle : le système paraît indestructible, cependant les fissures sont déjà visibles. Au fil de ses rencontres, Robitaille cherche à comprendre de quelle manière le commun des mortels survit au totalitarisme : dans un mélange de résignation, de cynisme et de débrouillardise.

Vidéo TV5 Monde : Entretien avec Louis-Bernard Robitaille - 19/02/2017