• Nouveauté
Journal de 1954 -
  • Mémoires, autobiographie
  • Essais-Documents
  • Date de parution : 10/01/2019
  • 0 p., 0,00 EUR €
  • ISBN 978-2-88250-261-2
Journal de 1954
Léopold Tyrmand
Traduit par Laurence Dyèvre
Langue d'origine : Polonais

À la mort de Staline, Leopold Tyrmand, 32 ans, travaillait comme chroniqueur au sein la dernière revue jouissant d’une certaine liberté d’expression dans la Pologne communiste, le Tygodnik Powszechny. Il était heureux, il était aimé, il faisait des papiers sur le sport, le théâtre et, surtout, le jazz, dont il était un peu l’apôtre. Ayant refusé de pleurer en une la disparition du « Petit Père des Peuples », toute la rédaction fut limogée, la revue confisquée, et Tyrmand se retrouva sur le carreau. Quelques mois plus tard, alors qu’il fait déjà figure de perdant pathétique ou de parasite sournois, il amorce la rédaction d’un journal intime – qu’il poursuivra pendant à peine trois mois. Au final, plus de six cents pages qui nous révèlent, comme peu de documents, le quotidien d’une démocratie populaire, les aspirations de la jeunesse, les souffrances du peuple, la « fausse parole » omniprésente, les contorsions de la mauvaise foi, en particulier chez les intellectuels, mais aussi le sexe et les sentiments (sa petite amie, Bogna, est une lycéenne de 18 ans), le dandysme conçu comme une protestation (Tyrmand, avec ses chaussettes de couleur et ses cravates issues du marché noir, est un modèle pour les zazous varsoviens, les « bikiniarz »)…

 

Le lecteur familier de la culture polonaise y croisera une foule de visages connus ; pour les autres, les portraits psychologiques brossés par Tyrmand auront d’emblée une valeur universelle (et peu importe que les noms soient difficiles à prononcer). S’il vit dans une chambre de 9 m2 et ne mange pas tous les jours à sa faim, Tyrmand a conservé ses entrées dans les lieux à la mode, là où se mêlent et s’encanaillent les détenteurs de toutes les formes de pouvoir, y compris celui de faire rire ou de séduire. Mais plus encore, il est attentif à ce qui se joue et se dit aux arrêts de tram, dans les réunions de locataires, dans la queue pour le beurre, avec les artistes aux abois, les ouvriers, les ménagères, les agents de la police politique, les voyous et les demi-mondaines.

À propos de l'auteur
Du même auteur
Plus de titres