Bouffées d’ostalgie -
  • Essai, analyse
  • Littérature française
  • Date de parution : 12/01/2017
  • 144 p., 9,99 EUR €
  • ISBN 978-2-88250-450-0
Bouffées d’ostalgie
Fragments d'un continent disparu
Louis-Bernard Robitaille

33 photographies en noir et blanc

 

L’ostalgie – la nostalgie de l’Estest une mode qui connut un succès certain en ex-Allemagne de l’Est après la chute du mur de Berlin. La Trabant devint un objet culte, on collectionna les insignes et les képis de l’Armée rouge. À Moscou, à peu près à la même époque, des retraités manifestaient sur la place Rouge en brandissant des portraits de Staline.

 

Car le totalitarisme avait ses avantages : on vivait dans la pénurie et sous contrôle policier, mais l’économie de marché n’existait pas, les loyers étaient insignifiants, la convivialité primait sur la course à l’argent. Le communisme avait été un enfer indiscutable, mais pavé des plus formidables intentions. D’où son pouvoir de fascination, même au-delà de sa mort.

 

Entre la fin du mois d’octobre 1976 et le mois de février 1977, alors qu’il est correspondant à Paris pour le quotidien de Montréal La Presse, Louis-Bernard Robitaille fait la découverte de cet animal historique bizarre au cours de quatre voyages successifs à Berlin-Est, à Prague, à Varsovie, puis à Moscou et Tbilissi. Moscou ressemble à s’y méprendre au 1984 de George Orwell, mais la Pologne vit déjà en liberté conditionnelle : le système paraît indestructible, cependant les fissures sont déjà visibles. Au fil de ses rencontres, Robitaille cherche à comprendre de quelle manière le commun des mortels survit au totalitarisme : dans un mélange de résignation, de cynisme et de débrouillardise.

 

Les livres numériques des éditions Noir sur Blanc sont disponibles aux formats epub et mobi et sont pourvus d’un dispositif de protection par filigrane. Ils sont lisibles sur l’ensemble des ordinateurs et appareils mobiles (liseuse, tablette et smartphone).

ils en parlent…
  • « Le récit documenté, et souvent drôle car toujours distancié, de certains des voyages de l’auteur en Allemagne de l’Est, en Hongrie, en Pologne et en URSS, nous fait sentir comment toute une série de pays ont expérimenté jour après jour pendant des décennies un vécu orwellien à peine croyable. »

    R.R., La Revue

     

    « Un récit enlevé, teinté d’humour et souvent précis. Il rend très bien le grain du communisme réel, son atmosphère de caserne. Il restitue tout aussi bien la fascination de l’Occidental qui s’y risquait. »

    Michel Audétat, Le Matin dimanche

     

    « C’est à un retour sur un “continent disparu” que nous invite le journaliste québécois Louis-Bernard Robitaille avec ses notes de voyage en Europe de l’Est prises dans les années 1970. »

    Sonia Combe, En attendant Nadeau

Vidéo TV5 Monde : Entretien avec Louis-Bernard Robitaille - 19/02/2017
À propos de l'auteur
Du même auteur