Borgo Vecchio -
  • Notabilia
  • Date de parution : 22/08/2019
  • Format : 15 x 23 cm, 12,99 EUR €
  • ISBN 978-2-88250-585-9
Borgo Vecchio
Giosuè Calaciura
Traduit par Lise Chapuis
Langue d'origine : Italien

Finaliste prix Femina étranger 2019

Prix littéraire Marco Polo Venise 2019

 

Mimmo et Cristofaro sont amis à la vie à la mort, camarades de classe et complices d’école buissonnière. Cristofaro qui, chaque soir, pleure la bière de son père. Mimmo qui aime Celeste, captive du balcon quand Carmela, sa mère, s’agenouille sur le lit pour prier la Vierge tandis que les hommes du quartier se plient au-dessus d’elle. Tous rêvent d’avoir pour père Totò le pickpocket, coureur insaisissable et héros du Borgo Vecchio, qui, s’il détrousse sans vergogne les dames du centre-ville, garde son pistolet dans sa chaussette pour résister plus aisément à la tentation de s’en servir. Un pistolet que Mimmo voudrait bien utiliser contre le père de Cristofaro, pour sauver son ami d’une mort certaine.

 

Il y a la mer, d’un côté du Borgo Vecchio, dont le vent apporte les parfums de viande chez ceux qui, de la viande, n’en mangent jamais. De l’autre, la plaine brûlante de la métropole, ses magasins, ses bourgeois, la loi et ses gardiens. Son marché aux balances truquées, ses venelles tortueuses et antiques, dans lesquelles la police n’ose pas s’aventurer.

 

L’intrigue est semblable à celle d’un livret d’opéra : violence et beauté, bien et mal se mêlent pour nous tenir en haleine jusqu’au grand final.

 

Les livres numériques des éditions Noir sur Blanc sont disponibles aux formats epub et mobi et sont pourvus d’un dispositif de protection par filigrane. Ils sont lisibles sur l’ensemble des ordinateurs et appareils mobiles (liseuse, tablette et smartphone).

ils en parlent…
  • « La langue de Giosuè Calaciura est unique, objectivement unique : c’est une langue très belle, dense, poétique, baroque, traversée de constantes inventions métaphoriques. »

    Jérôme Ferrari

     

    « Borgo Vecchio est un roman qui dit tout à la fois le sublime et le grotesque, la pauvreté et la richesse, la douceur et la violence. »

    Florence Bouchy, Le Monde des Livres

     

    « Borgo Vecchio est un texte si fort, une histoire si prenante et une création si accomplie que l’on se sent bien impuissant à en restituer l’intensité. Que peuvent nos mots ordinaires pour traduire sa puissante incandescence ? »

    Emmanuelle Giuliani, La Croix

     

    « Comme ceux de Milena Agus, les romans de Giosuè Calaciura sont des fables délicates dont les héros, perdants magnifiques, s’efforcent de frayer leur chemin vers une hypothétique terre promise. […] Porté par une prose sculptée et poétique dont les incursions dans le réalisme magique donnent à certains passages une intensité dramatique époustouflante, Borgo Vecchio raconte la violence et la solidarité d’un quartier pauvre. »

    Véronique Cassarin-Grand, L’Obs

     

    « Sous la plume de Giosuè Calaciura, un quartier de Palerme et le nœud inextricable de ses venelles médiévales deviennent le décor surnaturel d’un conte. (…) Malgré sa brièveté ce roman possède la dimension d’un opéra. Un authentique mélodrame, populaire et raffiné, sombre mais rieur, qui vous donne instantanément envie de (re)voir Palerme et de lire (car c’est aussi une ode à la littérature et à son pouvoir de susciter des images). Cette fantaisie pourrait ne faire qu’éblouir, si elle n’était profondément humaine et nous touchait au cœur. »

    Julien Burri, Le Temps

     

    « Si l’auteur évoque sans fards injustices et maltraitance, son écriture n’est pas clinique pour autant, au contraire. Lyrique et métaphorique, traversée de fulgurances poétiques, elle ne craint ni le pathos ni le mélodrame. »

    APD, Le Courrier suisse

     

    « La plume du journaliste italien Giosué Calaciura, ses envolées lyriques, sa poésie, donnent à ce court récit une puissance narrative unique. Tel un magicien, il déniche la lueur d’espoir, si mince soit-elle, dans un monde sombre où chaque pas de plus de ses protagonistes les rapproche d’un funeste dénouement. »

    Jérémy Chatet, Le Progrès

     

    « Il y a la magie de la parole de Calaciura, qui continue de nous émerveiller, roman après roman (dans la traduction toujours magistrale de Lise Chapuis), seul antidote à l’horreur d’un monde sans espoir sinon celui de la fuite, celle qui détruit les ponts derrière elle pour s’empêcher toute idée de retour. »

    Riccardo Borghesi, L’Italie à Paris

     

    « Calaciura fait du merveilleux un insolent remède à la misère, et du miracle une ultime échappée belle pour les plus démunis. Sous sa plume, la fresque sociale devient un opéra fabuleux. (…) Chaque fois, l’émotion surgit, inédite, éblouissante, parce que l’auteur sait s’emparer du trivial comme d’un bout de métal susceptible, après friction et polissage, d’acquérir une dimension poétique, fabuleuse. »

    Claro, Le Clavier Cannibale

     

    « Une écriture tout en majesté, inventive, puissante, parfois magique. La mécanique de l’intrigue est savamment mise en place, jusqu’au drame final. Lequel se sera nourri en chemin de violence comme d’éclats, de générosité comme de félonie, de bienveillance comme de traîtrise. »

    Geneviève Simon, La Libre Belgique

     

    « On retrouve en effet dans ce court et intense roman à l’écriture peaufinée cette démesure fabuleuse, caustique et visionnaire de l’auteur qui lui permet de dire la cruauté et la tristesse de la réalité sans sombrer dans le moralisme ni le misérabilisme. Ainsi que son humanité, particulièrement dans ce texte où ’’l’enchantement de la tendresse’’ affleure miraculeusement des principaux protagonistes. »

    Emmanuelle Caminade, La Cause littéraire

     

    « On frémit, on s’émeut, on rit ou se révolte, face à la réalité à la fois tendre et cruelle du Borgo Vecchio semblable à la vie même, on se laisse emporter par la langue sans pareille de Giosuè Calaciura et on referme ce livre totalement conquis. À découvrir absolument ! »

    Dominique Baillon-Lalande, Encres vagabondes

     

    « Borgo Vecchio de Giosuè Calaciura est un enchantement. Dès la première page on est enveloppé par les phrases, les mots, les sensations, comme une brume. Une brume qui a ’’la consistance des contes’’. »

    Frédéric Tué, Librairie l’Odyssée, Saint-Malo

     

    « Giosuè Calaciura confirme son talent avec ce court roman, ponctué de scènes cocasses et tragiques, amenant le lecteur vers l’apothéose. »

    Valérie Ohanian, Librairie Masséna, Nice

     

    « Calaciura maîtrise tous les registres. Il nous offre un roman au rythme à la fois doux et effréné que l’on ne peut lâcher avant la dernière page. »

    Manon, La Librairie polonaise, Paris

     

    « Giosuè Calaciura n’a pas son pareil pour raconter des histoires. […] L’auteur ne nous épargne pas et nous montre également la misère économique, la morale douteuse, la corruption qui gangrène le pays. Un roman court et efficace pour un vrai moment de plaisir. »

    Judy Manuzzi Librairie Prado Paradis (Marseille), Page des Libraires

     

    « Borgo Vecchio est une fable mélodramatique qui fait penser aux œuvres les plus visionnaires de García Márquez. Le portrait d’une insularité méditerranéenne magique et extrême. »

    Goffredo Fofi, Internazionale

     

    « Une écriture qui ne fait pas semblant, ne cligne pas des yeux, ne joue pas à se laisser deviner, mais qui lacère, pénètre, gifle, vous revient au visage avec le ressac, contre-braque, hurle. C’est une écriture vivante. »

    Giacomo Di Girolamo

     

    « Un lyrisme d’une puissance bouleversante. »

    Marcello Benfante, Repubblica Palermo

     

    « Un roman éblouissant, violent et beau. À lire avec soin. »

    Lombardia Oggi

Vidéo lecteurs.com : Borgo Vecchio coup de cœur de la Machine à Lire à Bordeaux