Nos journaux cachés -
  • Essais-Documents
  • Date de parution : 19/11/2004
  • Format : 14,5 x 23,5 cm, 288 p., 20,30 EUR €
  • ISBN 978-2-88250-142-4
Nos journaux cachés
1938-1944
Maria Razumovsky, Daria Razumovsky, Olga Razumovsky
Traduit par Chantal Le Brun
Langue d'origine : Allemand
Traduit par Catherine Vacherat
Langue d'origine : Allemand

Trois sœurs, issues d’une famille aristocratique autrichienne et à peine sorties de l’enfance, se trouvent jetées dans le tumulte de la Seconde Guerre mondiale. Nées en Silésie, alors tchèque, au cœur de cette Europe centrale, terre de conflits fréquents, elles vivent des moments historiques forts. Bouleversées par ce qu’elles observent, elles décident de confier à leurs journaux intimes leurs angoisses et leurs pensées. Écartelées entre Schönstein, la propriété familiale silésienne où elles passent toutes leurs vacances, et Vienne où elles sont scolarisées, elles suivent l’évolution du conflit.

Leur situation familiale n’est pas faite pour les rassurer : une mère russe (Catherine Sayn-Wittgenstein, auteur d’un journal pendant la révolution russe La Fin de ma Russie 1914-1919), une grand-mère juive, donc un père impur aux yeux des nazis et potentiellement en danger. L’inquiétude sur le sort de ce dernier est omniprésente dans les journaux.

Chacune des diaristes, à travers sa personnalité propre, nous restitue une bribe d’histoire, dans l’immédiateté des événements, sans jamais perdre ni son humour ni sa foi en l’avenir. Tout les intéresse : la vie du lycée, l’Anschluss, la nuit de cristal, les victoires allemandes initiales, la débâcle de la Wehrmacht, les concerts classiques, les discours de Hitler, l’attitude de Chamberlain, leur avenir professionnel... Elles nous font partager leur enthousiasme juvénile pour un violoniste réputé, leur condamnation sans appel de tel ou tel politicien, leur tristesse à l’annonce de la mort au combat d’un être connu.

Cette chronique de la destinée d’une famille cosmopolite, unie et solidaire, où se pratique l’accueil chaleureux des réfugiés russes, autrichiens ou roumains, nous fait pénétrer dans les mentalités et la vie quotidienne de ces jeunes filles traversées par les émois d’un continent ravagé par la guerre.

C’est un document fort, original et authentique que cette histoire à trois voix, où trois sensibilités s’expriment parallèlement sur les mêmes faits pour nous restituer, mieux que bien des ouvrages savants, l’ambiance si particulière de ces années de plomb.

Du même auteur