Zouleikha ouvre les yeux -
  • feuilleter
  • Roman
  • Littérature étrangère
  • Date de parution : 24/08/2017
  • Format : 15 x 23 cm, 480 p., 24,00 EUR €
  • ISBN 978-2-88250-470-8
Zouleikha ouvre les yeux
Gouzel Iakhina
Traduit par Maud Mabillard
Langue d'origine : Russe

Préface de Lioudmila Oulitskaïa

Postface de Georges Nivat

 

« Ce roman nous va droit au cœur. Le récit du destin de l’héroïne principale, une paysanne tatare à l’époque de la dékoulakisation, est empreint d’une authenticité, d’une véracité et d’un charme tels qu’on en rencontre rarement dans la prose russe de ces dernières décennies. Je continue de me demander comment un jeune auteur a pu créer une œuvre aussi puissante, qui chante l’amour et la tendresse en plein enfer… » (Lioudmila Oulitskaïa)

 

Dans les années 1930, au Tatarstan, au cœur de la Russie. À l’âge de quinze ans, Zouleikha est mariée à un homme bien plus âgé qu’elle. Ils ont eu quatre filles, mais toutes sont mortes en bas âge. Pour son mari et sa belle-mère presque centenaire, très autoritaire, Zouleikha n’est bonne qu’à travailler. Un nouveau malheur arrive : pendant la dékoulakisation menée par Staline, le mari est assassiné et la famille expropriée. Zouleikha est déportée en Sibérie, qu’elle atteindra après un voyage en train de plusieurs mois. En chemin, elle découvre qu’elle est enceinte.

 

Avec ses compagnons d’exil, paysans et intellectuels, chrétiens, musulmans ou athées, elle participe à l’établissement d’une colonie sur la rivière Angara, loin de toute civilisation : c’est là qu’elle donnera naissance à son fils et trouvera l’amour. Mais son éducation et ses valeurs musulmanes l’empêcheront longtemps de reconnaître cet amour, et de commencer une nouvelle vie.

 

Sélectionné pour le prix Médicis étranger 2017

ils en parlent…
  • « Un beau début littéraire, combinant puissance narrative et finesse psychologique. »

    Elena Balzamo, Le Monde des Livres

     

    « La belle traduction de Maud Mabillard nous fait découvrir ce très beau roman […] les descriptions de la nature environnante, à la fois hostile et nourricière, donnent à l’intrigue une mélancolie qui ne quitte pas le lecteur lorsqu’il a reposé le livre. »

    Jean-Baptiste Sèbe, Études

     

    « C’est la meilleure nouvelle de cette rentrée littéraire : le grand roman russe cher aux lecteurs épris de noblesse, de compassion, n’est pas mort ! »

    Elisabeth Barillé, Le Figaro magazine

     

    « Une grande langue russe, accueillante aux misères de l’homme, et faisant germer son espoir… »

    Georges Nivat

     

    « Touchant, juste, à hauteur d’humanité, Zouleikha ouvre les yeux est un magnifique roman russe écrit par une jeune auteure tatare. […] Gouzel Iakhina brosse l’époustouflant portrait d’un petit bout de femme devenue un être fort et déterminé. »

    Béatrice Putégnat, Librairie Les Cyclades (Saint-Cloud), Page des Libraires

     

    « Comme souvent dans les romans russes, la nature, puissante, généreuse et hostile à la fois, donne au récit l’élan vital qui transcende la misère des conditions de vie. »

    Isabelle Rüf, Le Temps

     

    « Revisitant la tradition des grands romans russes, Gouzel Iakhina signe un superbe portrait de femme. »

    Estelle Lenartowicz, Lire

À propos de l'auteur
Existe aussi
Du même auteur
Plus de titres